Pour que les petits garçons puissent être et aimer ce qu’ils veulent, sans qu’on les emmerde (version 4)

Depuis qu’il est tout petit, mon fils aime se vernir les ongles de temps à autres.
Mais plus il a grandi, et plus il a commencé à être sensible aux remarques qu’il pouvait recevoir. Je me souviens par exemple l’avoir vu au parc, les mains recroquevillées pour cacher ses ongles vernis, de peur que les enfants se moquent et ne veuillent plus jouer avec lui. Ça m’a retourné le ventre de sentir que mon fils n’osait pas laisser libre cours à ses envies ou sa personnalité à cause du regard des autres.
Capture d_écran 2017-09-08 à 00.38.41

 

A la fin des vacances d’été, Piou a de nouveau manifesté l’envie de porter du vernis. Auprès des enfants de mes amis, qui les élèvent selon des principes très tolérants, aucun problème. Par contre, dès que nous sommes sortis de notre petit cercle protégé, ça s’est révélé être une autre paire de manches…
Au parc, Piou a essuyé les moqueries d’un groupe d’adolescents (des garçons de 15-17 ans). Puis le petit garçon de son âge (5 ans) avec lequel il jouait au toboggan s’est exclamé, en remarquant ses ongles vernis : « Oh, t’as du vernis, t’es une fille ! »
Mon fils s’est refermé comme une huître, les épaules basses, tout honteux. Je suis donc allée parler aux ados. Et avec l’enfant de 5 ans, j’ai engagé une conversation sur le vernis, le rose, les paillettes, les filles et les garçons. En 10 minutes, c’était plié : les deux petits garçons sont repartis jouer gaiement ensemble, et il n’a plus été question de vernis.
J’espérais que l’affaire était close. Que mon fils se sentait désormais suffisamment solide sur ses appuis pour répondre aux remarques qui pouvaient lui être faites. Mais c’était sans compter les adultes…
Hier, sur le chemin de l’école, Piou m’explique que l’Atsem de sa classe lui a soutenu que le vernis, ce n’est pas pour les garçons. « Moi je sais bien que c’est pour les filles et les garçons, mais elle m’a dit que non ». Bon. « Piou, je vais te donner ma botte secrète : la prochaine fois, tu lui demanderas pourquoi les garçons ne pourraient pas mettre du vernis. Tu verras, elle sera bien embêtée. Peut-être qu’elle te répondra ‘parce que c’est comme ça, c’est tout’. Sauf que ça, ce n’est pas une réponse valable. » Mon Piou pique alors un fard : « Tu peux aller lui dire, toi ? Moi j’ose pas. »
Mince. J’avais oublié que pour un enfant de 5 ans, un.e adulte, c’est une montagne. Alors argumenter face à lui/elle…
Pour que mon fils puisse se défendre sans moi, je lui ai donc bricolé des bandelettes d’autodéfense antisexiste, que j’ai prévu de plastifier, de plier en accordéons et de glisser dans son sac. Il pourra ainsi les dégainer facilement en cas de « c’est pas pour les garçons ». Après tout, ne dit-on pas qu’une image vaut mille mots ?
IMG_20170908_101720

 

Sur les dépliants, j’ai décidé de mettre en avant les situations les plus courantes possibles, ainsi que des hommes célèbres (couleurs de peau, métiers, nationalités et époques différentes, queers ou non), pour donner le maximum de poids à cette argumentation visuelle.
J’ai ajouté des petits pictogrammes pour que ces dépliants puissent être utilisés par des enfants qui ne savent pas encore lire.

J’ai traité 11 thèmes (le maquillage, le vernis, les bijoux, les vêtements, les cheveux longs, la couleur rose, les paillettes, l’homosexualité, la bisexualité, les pénis, les larmes, les fleurs, la danse, les bébés, le tricot), mais c’est évidemment déclinable à l’infini.

Vous pouvez librement télécharger et imprimer le fichier pdf.

Si jamais vous avez des remarques ou des suggestions, n’hésitez pas à m’en faire part, car j’ai bien conscience que ce petit outil n’est pas parfait.

J’espère en tout cas qu’il permettra à plein d’enfants de se sentir libres de suivre leurs
envies. 😉

 

563 commentaires

  1. Bravo! Mais de même que pour vos propositions pour les filles concernant les études, centres d’intérêts et métiers, peut-être dire aux garçons qu’ils ont le droit de vouloir plus tard s’occuper d’enfants, aimer la poésie, être infirmier(e)… et toutes mes excuses si c’est déjà fait ou suggéré.

    J'aime

  2. Bonjour, bravo et merci pour ce formidable travail ! Vous avez tout compris , c’est fun, c’est actuel, c’est adapté et le format et super.
    Je n’ai pas eu le courage de lire les nombreux commentaires, désolée si l’on vous a déjà posé la question: pourquoi avoir changé Zlatan pour Sébastien?
    Encore une fois merci, je vais vous suivre de près !

    J'aime

  3. Bonjour,
    magnifique initiative! J’ai 30 ans et un petit garçon de 3 ans. Dès que j’ai su que j’étais enceinte j’ai pas attendu de savoir si c’étais une fille ou un garçon pour déterminer les couleurs de sa chambre: violet, rose et anis. Le choix des couleurs n’est pas un élément qui dérange mon fils et c’est naturelle pour nous. Lorsque nous allons dans un magasin de jouet, il peux aussi bien demander une voiture qu’une poupée. dans un magasin de vêtement du rose ou du vert ou du bleu (bon je dois avouer qu’il est comme sa mère il aime le fluo!!) Le problème à commencé à se posé avec son entrée à l’école cette année. Ou chaque jour il rentre avec de nouvelles questions, (ah oui mon fils, métisse à les cheveux long aussi!!!). « On m’a dit que le rose c’est pour les filles », « on m’a dit que les cheveux long c’est pour les filles », « tu n’a pas le droit d’avoir un sac jaune fluo »… Chaque jour je lui répète que c’est les autres qui n’ont pas le droit de lui dire ça, et que c’est lui qui choisi ce qu’il a envie de mettre, de dire, de faire, tout ce qui compte c’est ce qui le rend heureux. Il me dit toujours oui maman, mais je le sens de moins en moins convaincu!
    Nous, parents, sommes seuls face à une armée d’enfant qui ont derrière eux des parents qui leurs font croire que les cheveux, les couleurs et le sexe de l’enfant ont une importance… L’éducation que nous donnons à nos enfants se heurte à celles que reçoivent leurs camarades…
    Bon je me suis laisser emporter!!
    Je vais utiliser vos images et également en crée d’autre,
    Et surtout continuer d’écouter et respecter les désirs de mon enfant!

    J'aime

  4. belle initiative, car je trouve qu’on a fait un énorme pas en arrière de ce côté 😦 on s’enferme de nouveau dans les stéréotypes masculin/féminin, qu’on commençait à mettre de côté depuis quelques années. (j’étais un vrai garçon manqué étant gamine, cheveux en brosse, détestant les robes. enfant dans les années 80/90, on voulait sortir de tous ces codes justement. J’ai même été plus tard militaire. Et je n’ai jamais eu de reflexions sexistes par mes camarades, et collègues… eh non….) Mon fils adore la reine des neiges… il n’ose plus le dire… à 2ans il voulait un poupon pour jouer au papa. Il a eu son poupon, à 6ans parfois, il joue encore avec. ca me rassure pour son éventuel futur rôle de père 🙂 quelques fois lorsque nous parlons de l’avenir, je ne dis jamais « ta copine, ton amoureuse, ta femme etc » mais la personne que tu aimeras. Dans ma famille chacun est libre d’aimer, et d’affirmer sa sexualité quelle qu’elle soit. Sans l’enfermer dans un schéma. la tolérance est le chemin de la paix. Merci d’y contribuer 🙂 et de nous donner les outils pour passer le message !

    J'aime

  5. MERCI BEAUCOUP!
    Je me sens moins seule!
    Il faut que les mentalités changent!
    Il faut proposer ca dans les écoles!

    Une maman d’un petit garcon qui aime le vernis et la couleur rose. Et alors?!

    J'aime

  6. Cependant, si j’ai une petite remarque, pour moi les stars ne s’occupe pas vraiment de leur enfants…
    Mais ça peut être un bon exemple pour les enfants encore jeunes.
    Apres se pose la question: est ce que les stars sont des exemples?
    Faire la différence entre personnalités connues et reconnus.

    J'aime

  7. Bravo à vous pour cette initiative !! Je lutte moi aussi modestement contre les stéréotypes et les habitudes ! Etant un homme, je trouvais l’habillement masculin trop, très stéréotypé et pour tout dire, pauvre. Et je me suis dis « Pourquoi ne puis-je pas porter de jupe ? » Il n’y a aucune raison, aucune interdiction, juste les habitudes. Alors, j’ai décidé de franchir le pas, pour mon plus grand bonheur !!
    Merci à vous d’avoir pensé (entre autres) à poser la question: « les garçons peuvent-ils porter des jupes ? » Bien sûr que oui !!!
    Marc

    J'aime

  8. Merci pour cette belle initiative ! Je vais les imprimer et les glisser dans le cartable de mon fils de 7 ans pour qu’il ait de quoi argumenter face à ses camarades qui considèrent que le rose et le violet ne peuvent être portés que par les filles.

    J'aime

  9. Bonjour,
    J’aime beaucoup votre initiative… je travaille dans la petite enfance en Belgique et un sujet qui revient facilement c’est un garçon ne peut pas jouer à la poussette et une fille aux petites voitures… si cela peut vous inspirer je serais ravie de diffuser vos petites publications…

    J'aime

  10. Je suis enseignante en maternelle et nous travaillons sur l’égalité fille-garcon sur le plan des jouets, du sport, des métiers et des tâches ménagères! Vos depliants seront aussi tres utiles ! Merci !!

    J'aime

  11. Je trouve ça vraiment génial !
    Je suis enceinte de BB2 et saurai le sexe demain. Comme mon premier est un garçon et que les trois petits enfants de mes parents sont également des garçons, j’ai droit à « on aimerait bien un peu de rose », « on a que des jouets de garçons ici, si c’est une fille on pourra acheter des poupées, une cuisine et de la dînette ». Je me suis sentie bouillir ! J’ai bien sûr répondu que « si » c’est une fille, elle pourra jouer aux voitures et au garage, quant à la cuisine et la dînette mon n°1 est déjà équipé 😉

    J'aime

  12. Bonjour, félicitation pour cette formidable initiative. Je partage autour du moi !
    Une petite remarque, je trouve que la fiche pour les garçons se centre beaucoup sur les questions d’apparences (vêtements, maquillage,…). Peut-être serait-il intéressant de questionner aussi les métiers et les rôles sociaux qui sont souvent assignés aux femmes (métiers du soin, de l’enseignement, « femmes au foyer »,…).

    J'aime

  13. Bravo excellente initiative. Je comprends parfaitement votre situation car mon fils 7 ans a eu les cheveux très longs depuis le Moyenne Section et encore aujourd’hui on le prend pour une fille.
    Il a fallu beaucoup dialoguer avec lui pour lui expliquer ce qu’étaient les modes, la culture les stéréotypes d’une époque. C’est un travail difficile et qui construit l’enfant.

    Je serais ravie d’échanger avec vous.

    Célia

    J'aime

  14. J’adore et trouve cela super utile!! (En revanche, pour que j’en profite pour me faire un peu de culture, et surtout pour pouvoir discuter de ces images avec mes enfants, je trouve que ce serait super bien d’avoir un verso, qui en 2 lignes expliquerait qui est la personne au recto… même si le pouvoir des images est le meilleur argument, je sais aussi qu’avant que ma fille n’ose sortir le dépliant de son cartable, il faudra que je l’ai préparée à ça! Et c’est une super lecture!!)

    J'aime

  15. Bravo et merci. Pour l’instant mon fils de 8 ans assume de mettre du vernis (une fois l’an) et de porter des tennis roses. Mais au cas où. ..
    Et surtout je pense les imprimer pour utiliser avec mes élèves de maternelle, chez qui les stéréotypes sont déjà bien présents 😉

    J'aime

  16. Merci beaucoup pour cette excellente idée ! Mon fils de 5 ans adore le rose, le violet, les paillettes, la reine de neiges, mettre des robes, mais aussi le bleu, les super-héros, jouer au chevalier, à star wars… bref il est très ouvert. Il réagit bien aux remarques des autres enfants en disant par ex. que lui, le rose, il trouve ca beau, et que ce n’est pas que pour les filles, mais évidemment ca le travaille. Je vais lui montrer ces dépliants et voir ce qu’il en dit. Je pense que ca peut l’aider à garder son assurance. Je vais aussi les montrer aux éducatrices du jardin d’enfants (on vit en Allemagne), ca pourrait les intéresser. Je les traduirais bien en allemand. Est-ce que vous les avez dans une version autre que PDF avec laquelle je pourrais changer les textes ?

    J'aime

  17. Bonjour,
    Ces documents sont géniaux et ça fait apparemment des émules (en cherchant l’adresse du blog, je suis tombée sur plein d’autres qui ont partagé ces outils).
    Petite question: est-il possible, dans la ligne « les garçons peuvent-ils s’occuper des bébés », de rajouter un homme sage-femme ou puériculteur?
    Un grand merci!

    J'aime

  18. Bonjour, travaillant avec des enfants je trouve l’idée géniale. Bien que mes enfants soient assez tolérants, j’aime bien l’idée de pouvoir travailler autour de ses dépliants 🙂 Ca va être intéressant 🙂

    J'aime

  19. Je suis bluffée par cette idée révolutionnaire ! Merci pour ce travail, bravo de le rendre accessible à tous, pour que l’on puisse lutter ensemble contre les clichés genrés !

    J'aime

  20. Merci beaucoup ! J’ai hâte de faire lire ça à mon fils 6 ans a qui j’ai acheté du vernis paillette doré ce week-end et qui est fan de mickael jackson, je supose pour son côté paillette androgyne 😉
    Il est à l’école avec son vernis et visiblement pas de remarque pour le moment…espérons que cela dure…

    J'aime

  21. Très chouette initiative! Je viens de les imprimer pour les laisser à dispo de ma fille de 7 ans et de mon fils de 5 ans. En espérant que la prochaine fois qu’il me demande de lui mettre du vernis comme sa sœur, il le fasse sans se soucier du regard des autres.

    J'aime

  22. Merci ! Quelle belle idée ! Mon petit garçon de 2 ans et demi a toujours aimé que je lui mette du vernis (sur 1 doigt de chaque main car encore petit 😉 ) et ses couleurs préférées ont toujours été le jaune (qui bizarrement ne pose pas de problème) et le rose… mais depuis qu’il est rentré à l’école il y a à peine 4 semaines, il m’a déjà sorti « maman, le rose, c’est pour les filles »… c’est tellement triste. J’imprime de ce pas. Merci beaucoup !

    J'aime

  23. Excellent, très belle initiative. J’ai imprimé direct. Même si mes enfants n’ont pas (encore) été confrontés à la même situation que votre petit garçon, ils sauront du moins expliquer par l’image la Différence aux autres enfants ou adultes s’il entendait ces propos, tels ceux de l’ATSEM à votre fils.

    J'aime

  24. Merci beaucoup pour ce beau partage solidaire. Enseignante en maternelle, je vais utiliser vos petits dépliants en « débat philo » avec mes élèves de Grande Section. A l’école, c’est souvent le débat sur la couleur rose pour les filles qui revient tous les ans ! Maman d’un garçon de 5 ans, je vais aussi en discuter avec lui et lui en laisser dans son cartable s’il le souhaite…

    J'aime

  25. Bonjour;
    MERCI BEAUCOUP pour ce travail essentiel pour continuer de mener la lutte quotidienne contre le sexisme ordinaire.
    Soyez sur que je vais partager vos créations autour de moi.
    Peut-être qu’un jour vous commercialiserez ces petits dépliants dans les librairies, ce serait top!!!! Et que les professeurs des écoles s’en serviront d’outil.
    Encore BRAVO!

    J'aime

  26. Bonjour. Je tenais à vous remercier. Mon fils s’est fait chicané à l’école parce qu’il portait une chemise hawaienne alors que selon les enfants de sa classe, les fleurs c’est pour les filles. On lui a donc montré Magnum 😉 On fait de même pour tous les préjugés, on lui montre l’exemple inverse  » les filles sont moins fortes que les garçons  » on lui montre des femmes qui font du Body building etc. Mais cet outil est génial, parce qu’il profitera aussi aux enfants de son école!

    J'aime

  27. Bonjour,
    Je travaille en lycée professionnel, auprès de garçons à plus de 90 %. Les stéréotypes ont la vie belle. Je suis enseignante en matière générale, et femme. « Donc » ils s’en foutent. Ce travail sera affiché dans ma salle dès cet après midi. Et je pense glisser des copies dans certains casiers.

    J'aime

  28. C vraiment génial! Mon fils de bientôt 3 ans aime se mettre du vernis et en vacances avec sa cousine chez sa tata il est revenu fier et heureux les doigts tout colorés ! J’étais ravie que tata ai entendu son envie et lui ai mis du vernis ! J’ai été très fâchée par la suite en entendant les gens lui rabâcher en se moquant : » tiens, tu as du vernis ? Mais c’est pour les filles » ou « mais c bizarre d’avoir du vernis quand on est un garçon !  » Les gens ne se rendent pas compte du mal qu’il font en osant dire dès choses pareilles! C’est nier un individu, des gouts, une personnalité saine en construction !c’est aussi donner une image dérangée et malsaine de la société et des relations entre individu à nos enfants, c’est angoissant et ne les aide pas à être à l’aise dans et avec leur corps. Être obligée d’expliquer à son fils d’a peine 3 ans qu’il est normal et qu’il ne doit pas se nier pour rassurer les autres c’est assez compliqué. Mais je le fais, si il veut mettre des robes de princesse, mes barrettes ou si il veut jouer à la poupée ( les siennes s’appellent Nanette et Dada) autant que s’inventer des histoires avec ses dinausores et bien je l’y encourage!merci pour ces outils que je vais utiliser !

    J'aime

  29. J’adore ! Merci pour mes garçons de 15 mois et 3 ans !
    Vous êtes super ! Mes enfants jouent à la dinette et portent parfois des tshirts roses et on s’en fout !

    J'aime

  30. Bravo pour cette idée de génie ! C’est excellent ! Enseignante en primaire j’ai entre autre participé à un vaste projet sur ce thème avec un album édité « Mimose ». Je suis également vice-présidente de l’association « lékol du bonheur » à l’île de la Réunion, je compte ajouter ces petits trésors de dépliants à mon panel d’outils afin de poursuivre ce travail de tolérance, de respect, d’éducation à l’égalité de genre avec mes élèves. Merci encore.

    J'aime

    • « Lékol du bonheur », c’est un nom génial et un beau programme !
      N’hésitez pas à me faire des retours sur les réactions des élèves ou des enseignements, ça m’intéresse beaucoup ! 😉

      J'aime

  31. Des petits dépliants géniaux, intéressants pour la maman et l’enseignante que je suis. Pour répondre à la question « Les garçons peuvent-ils s’occuper des bébés ? », j’ai tout de suite songé à la profession de sage-femme qui compte quelques hommes, et c’est tant mieux !

    J'aime

  32. Merci pour ce partage ! Si tu m’y autorises, je vais les mettre à disposition de mes élèves : j’enseigne en lycée professionnel avec un public essentiellement masculin peu enclin à la tolérance envers ceux d’entre eux qu’ils jugent différents. Bon courage à ton petit bonhomme, dis lui que c’est une richesse d’avoir sa propre personnalité.

    J'aime

    • Oui, oui, pas de souci, les dépliants sont là pour être utilisés ! Et n’hésite pas à me faire des retours sur les réactions des élèves. 😉

      J'aime

  33. Merci pour vos super dépliants, on ne peut plus pertinents par les temps qui courent, que je compte bien faire découvrir à mes collègues et utiliser dans ma classe (Vaulx en Velin – Rhône).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s